Loading

18 février 2011

Le baiser le plus long

Si à toi aussi, un jour, te vient l'idée saugrenue de participer à l'un de ces concours tout droit sortis de l'esprit détraqué de quelque frustré sexuel, un concours du « baiser le plus long », alors prépare-toi dès aujourd'hui. Car le baiser le plus long, on ne le dit jamais assez, c'est aussi le jour le plus long.

Une petite mise en bouche ? À Pattaya, en Thaïlande, vient d'être battu le record du monde du baiser le plus long (plus de 46 heures, soit deux jours d'affilée) !


Le B.A.BA du concours de baisers


Un baiser d'ados boutonneuxImagine une salle pleine à craquer de gens (des moches, des vieux, des jeunes boutonneux, bref, tout ce à quoi tu peux t'attendre de pire) qui se roulent des patins à grands coups de « slurp » ; de curieux goguenards qui viennent clairement là pour se fendre la poire ; de cameramen dégoûtés d'être mis au placard et de couvrir l'événement le moins ragoûtant de l'année ; et si tu n'as vraiment pas de chance, tes amis peuvent avoir la bonne idée de t'apporter leur soutien (même si c'est plutôt eux qui auront besoin du tiens), ou pire, ta famille au grand complet (la tante bigote, l'oncle salace, les mouflets lubriques, les parents pompettes...) aura voulu être de la partie parce que le dimanche, c'est le jour de la famille (n'oublie pas de faire un clin d'œil entendu à grand-mère Louisette si toutefois, elle porte ses lunettes : « tu vois Mamie, c'qu'on apprend bien dans la famille !).
Ça, c'est pour l'ambiance générale.

L'archétype du baiser sadique, qui casse le cou de la partenairePour le décor, il faudra t'attendre à tout sauf à un cadre décent. Prépare-toi psychologiquement à faire ça dans un hall de supermarché, ou dans une quelconque salle communale. Ne regarde pas à tes pieds, la moquette, par la force des choses, sera cradingue (car tous les ans, c'est la même chose, une horde d'abrutis bavent dessus à qui mieux mieux comme un troupeau de Marguerites la semaine du salon de l'agriculture). De puissants néons te niqueront les yeux en quelques minutes, te forçant à garder les yeux fermés mais crois-moi, c'est beaucoup mieux ainsi. Quant aux podiums publicitaires et autres tapis multicolores, il te faudra en choisir un. C'est alors qu'une importante décision devra être prise : qui monte dessus ? Elle ? Toi ? Vous ? Si tu es sadique (tu es grand, elle est petite) ou si tu veux être à son niveau (elle est grande, tu es petit), grimpe dessus ; sinon, à vous de décider.

Mais à présent, il est grand temps d'entrer dans le vif du sujet, là où ça fait mal. Qui a dit qu'un baiser, ça faisait du bien ?

Qu'est-ce qu'un baiser de concours ?


Le jour J, pas de paillettes à la Klimt ; le baiser de concours est un challenge, une épreuve d'endurance, un sport quoi. On en bave, et c'est normal ! C'est une compétition, il ne faut pas l'oublier. Tous les petzouilles galocheurs des podiums d'à-côté veulent remporter comme toi ce merveilleux trophée, deux bouches collées en argent, et le titre qui va avec: « meilleur baiseur de l'année ».  Ici, on ne s'embrasse pas pour le fric ni pour le plaisir, mais pour la gloire.

Partenaire atypique pour déconcentrer l'adversaireEt le plaisir, parlons-en... Petit conseil d'ami : ne choisis pas n'importe qui pour concourir avec toi. Prends de préférence une fille que tu ne reverras jamais, ou un garçon (c'est plus endurant et ça déconcentre les autres rouleurs de pelles) ou mieux encore, ta pire ennemie. Mais en aucun cas (tu entends bien ? en aucun cas) ta petite amie ; aucun couple ne résiste à un tel débordement d'humeurs. Car ne nous leurrons pas : passer des heures la langue dans la bouche de sa moitié à faire l'inventaire des restes alimentaires, des caries et autres curiosités buccales est tout sauf exaltant.

Allez, un petit résumé de la séance de torture qui vous attend, et vous fera regretter de ne pas avoir pris, à la place, votre rendez-vous annuel chez le dentiste (lui, au moins, il se contente de postillonner) ?

Déroulement du concours


Au bout d'une heure de calvaire, la fille commencera à déglutir parce que ta langue l'étouffera, manquant de l'avaler pour s'en dépêtrer. Toi, en bon cheval de compétition, tu persisteras vaillamment, mettant tellement de cœur à l'ouvrage que tu ne verras même pas qu'elle est au bord des larmes (ou de la crise de nerf).

Petite barbiche deviendra petits boutons rougesAu bout de deux heures d'agonie, tu verras apparaître tout autour des lèvres de la pauvre fille une myriade de petits boutons rouges : il te faudra alors être fort ! Ça débecte, comme ça, au premier coup d'œil, mais ce n'est pas contagieux. En plus, ta barbe mal rasée étant la cause de ce léger désagrément, ferme les yeux (on te l'a déjà dit, tout à l'heure), et fais en sorte qu'elle ne se doute de rien (une fille bourgeonneuse est imprévisible et peut très vite devenir agressive).

Trois heures plus tard, plus personne n'aura de salive, à moins d'aller la cherche loin, très loin... Au moins, la fille ne déglutira plus, mais ses bruits de succion viendront te rappeler sans cesse combien tu as soif, et pas de baisers.

Après, tout sera question de rythme.
Quand la fille tombera dans les pommes, il te faudra la secouer bien comme il faut sans quitter sa bouche, quitte à lui mordre les lèvres (ça favorise l'éveil et de toute façon, elle ne sera pas en mesure de protester).
Si elle continues à y mettre de la mauvaise volonté et s'évanouit à nouveau, tu pourras lui croquer la langue en tout bien tout honneur (attention de ne pas t'étrangler avec les morceaux).
Si tu vois qu'elle reprend des forces, tu pourras t'avachir sur elle pour te reposer un peu. Tes deux bras sont aussi faits pour ça, alors utilise-les !

Quand l'un ou l'autre, enfin, aura craqué pour une peccadille (« il m'a craché dans la bouche ce gros dégueulasse ! », « elle m'a mastiqué la langue cette malade ! », « il m'a bouffé un plombage, la peste l'étouffe ! », etc), sache quitter  les lieux avec dignité. Inutile de régler vos différends en public, toutes ces choses que tu n'as pas pu lui dire pendant ces quelques heures de mutisme forcé (la liste sera très longue, mais ne t'inquiète pas, tu ne risqueras pas de l'oublier), garde-les encore un peu en travers de la gorge.

Après, ce ne sera plus qu'un mauvais souvenir!...

Est-il nécessaire de te rappeler, enfin, que ce n'est pas très fair-play, en partant, de bousculer un podium, de-ci, de-là, d'écraser quelques pieds par mégarde (en accusant ta grand-mère bigleuse, la seule qui ne soit pas malade à crever après cette longue démonstration de mandibules), de faire des grimaces, des blagues de potache, etc ?

Car, et ce sera la citation du jour : Le fou rire est le pire ennemi du baiser.



Auteur : Cécile Duclos

1 commentaire:

Eva Cordel a dit…

Beurk ! Ca donne autant envie que de manger un plat de limaces (ou un hamburger aux champignons).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...