Loading

4 mars 2011

Les parapluies, quels pépins !

La femme aux parapluiesPaul et Julie décident d’aller se promener en bord de mer. Le ciel est lourd et orageux. Qu’importe ! Ils prennent un parapluie chacun et en route. La plage n’est qu’à vingt minutes à pied.
Ça y est, il pleut à verse, mais à l’arrivée, miracle ! La pluie cesse et le soleil apparaît. En peu de temps, plus un seul nuage. Une boutique de matériel high-tech attire l’œil avide de Paul :
- Tiens Julie, garde mon parapluie 2 minutes, je vais jeter un coup d’œil à l’intérieur.
Et Paul s’éloigne, laissant à Julie la garde des 2 parapluies.
Les premières minutes, pas de problème.


Julie adopte une pose décontractée en prenant négligemment appui sur les 2 parapluies. Puis sur un seul, en agitant l’autre de plus en plus nerveusement. L’ennui aidant, elle remue alors les 2 ensemble, d’abord de manière synchrone, ensuite de façon aléatoire, l’un virevolte rapidement et l’autre plus lentement, le premier vise le sol et le second le ciel. Mais que fait Paul ? Un attroupement se forme autour de Julie et quelques badauds applaudissent du bout des doigts.

Julie fusille sa montre du regard ; elle tente maintenant de faire tourner les parapluies, chacun dans une main. Puis les 2 dans une seule main. Dans un sens et dans l’autre. Que faire de ces 2 maudits parapluies, sous un soleil radieux, pour rester naturelle ?

Observant une équipe d’ouvriers en train de manier des marteaux-piqueurs, elle essaie de forer un trou ; mais le bitume résiste. Peut-être dans le sable de la plage toute proche ? Et Paul qui ne revient toujours pas ! À bout de patience, Julie plante fermement l’un des parapluies et ouvre l’autre en faisant de grands moulinets au-dessus de sa tête. Puis elle ouvre le seconde et effectue quelques battements d’ailes du plus bel effet. Mais que fait donc Paul ? Il avait dit 2 minutes.

Soudain, une idée ! Elle tend un parapluie à son voisin le plus proche et le défie en duel. Mais le pleutre s’enfuit en maugréant et en vrillant son index sur sa tempe. Sans adversaire, Julie s’exerce alors en solitaire contre une table de café. Après quelques minutes d’escrime et un dernier assaut acharné contre le garçon venu ranger sa table, elle décide de ne garder qu’un seul parapluie. Elle va se séparer de l’autre en le cachant dans les toilettes du café. Bien fait pour Paul ! Soulagée, elle ouvre alors son unique parapluie et s’en sert de parasol.
« Madame, madame, vous avez oublié votre parapluie » crie un gamin en lui rapportant l’objet.
Paul sort enfin, la mine rayonnante :
- Chérie, tu n’as pas trop attendu au moins ?


Auteur : Marc Duclos, Photographies : Nadine Duclos

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...