Loading

18 mai 2011

Comment réagir quand son bébé... est moche

Comment réagir quand son bébé... est mocheÇa y est ! Aujourd’hui, c’est LE GRAND JOUR ! Vos deux familles au grand complet font un raffut du tonnerre de Dieu dans la salle d'attente, pendant que vos amis sirotent une binouze au bistro du coin. Le p'tit Mario, un vigoureux gaillard !, se tortille dans tous les sens pour se frayer un chemin. Son père est à vos côtés, sur le carrelage, raide comme une quille (avec deux infirmières pour le réanimer). Après vous être vidée de tout un tas de choses, plus ou moins heureuses, une masse parmi les autres se met soudain à beugler comme une vache. Hourra ! La sage-femme débarbouille tout ça, votre mari s’effondre à nouveau avec la paire de ciseaux, pendant que vous, vous poussez un profond soupir de soulagement. 

Aujourd’hui, c’est LE GRAND JOUR !Mais tout n’est pas fini, si seulement !... La sage femme vous tend le nourrisson avec un sourire irrépressible. L'équipe soignante glousse en se tapant des coudes. Les étudiants en médecine, qui assistent courageusement à leur première boucherie, piaffent en se mordant les joues. Tout le monde semble s’amuser, sauf vous, et votre mari (remis sur pieds grâce à une bonne taloche de l’infirmière en chef). Le monde vient de s’écrouler : « Dieu, qu'il est moche ! ». Dans vos bras (la sage-femme l’y a collé d’office, impossible de tergiverser ou d’acheter ses bonnes grâces), le laideron bave en mugissant. Et la porte s'ouvre en grand, laissant s’engouffrer la meute curieuse...

Il y a moche… et remoche

Les bébés bibards


Les bébés bibardsLe fruit de vos galipettes ressemble à une vieille croûte ? Ses joues sont fripées comme une vieille pomme, ses lèvres, fines et craquelées, son crâne, moitié chauve... Bref, Mario a la tête de pépé Pierrot sur son lit de mort. Pas panique, c’est chose fréquente. En outre, vous le voyez tel qu’il sera, le loupiot, quand vous serez six pieds sous terre, et ça, ce n’est pas donné à tout le monde !

Sa tête est restée coincée entre deux portes (cuisses ?)


Sa tête est restée coincée entre deux portes (cuisses ?)Quand une tempe dit merde à l'autre, c’est que le Mario a une tête de turbot. Avantages ? On peut le passer facilement par la porte (pas la peine de l'ouvrir totalement, c’est comme les chats, si la bobine passe, le reste suit) ; s’il se coince la binette dans le frigo, ça ne changera rien au problème ; enfin, il est naturellement pourvu d'une vision à 360° (vous pouvez donc l'installer n'importe où par rapport à la boîte à images et garder les meilleures places pour vous). Si vous n’arrivez vraiment pas à vous habituer à son drôle de cigare, laissez-le donc dormir à plat ventre ou sur le dos. Et puis parfois, la nature répare bien les choses, alors prenez votre mal en patience. Ne perdez pas courage, et mettez-y un peu du vôtre ; n’hésitez pas à lui filer de temps à autre quelques claques bien senties derrière la nuque, quand il ne s’y attend pas, de préférence (quand il dort, quand il mange, quand il joue...). Aidez la nature, elle vous le rendra au centuple.

Les bébés singes


Les bébés singesVous venez d’accoucher d’une boule de poils mugissante, une bête d’une espèce non identifiée dont le faciès simiesque vous fout les jetons ? Et oui, civilisés ou pas, nous descendons tous du singe ! Et là, il y en a partout, des poils : dans le dos, sur le ventre, les épaules, les jambes, la tête et une partie du visage (pour ce que l’on en voit…). Dites-vous que ce n’est pas dramatique ; si tout se passe bien, cette épaisse fourrure, toute répugnante soit-elle, tombera dans les semaines à venir (c’est comme les p’tits vieux qui se retrouvent la boule à zéro ou les chats qui se dépoilent en été). Au pire, un coup de rasoir, et couic, on n’en parle plus. Et s’il n’est pas content, le Mario, quand ça aura repoussé, pensez à l’épilateur (ou à la cire). Vous verrez, quand il reconnaîtra le rasoir, il gazouillera de bonheur !

Frankenstein, le retour


Frankenstein, le retourVous avez créé… un monstre. C’est dit. Avec un nez en trompette, des oreilles en feuilles de chou, un menton en galoche, des lèvres de babouin et des dents de cheval, des yeux globuleux couleur vase qui louchent à qui mieux mieux, un front bas et sournois, un crâne tout défoncé, des touffes de cheveux par-ci par-là, comme égarées, un grand torse et des toutes petites jambes tordues, etc., etc. Dans ce cas extrême, vous n’avez que deux solutions (non radicales, hein, nous n’allons pas sombrer dans la violence gratuite non plus, les actualités sont suffisamment riches en faits divers sordides) : échanger votre crevette avec une autre (visez une mère aveugle, comateuse, ahurie ou sotte), ou fuir loin, très loin (et seule, hein ; avec le père, n’y songez même pas).

Comment réagir…

Si vous êtes le père


(À la mère) « C’est qu’il ressemble à sa maman, ce p’tit bout-là ! C’est ton portrait tout craché, chérie ! ». Si vous souhaitez la quitter avec le mouflet dans les plus brefs délais, vous pouvez ajouter : « T’es bien sûre que c’est moi, le père ? Je ne vais pas reconnaître n’importe quel lardon, moi, hein.»

Si vous êtes la mère


(Au père) « Pouah ! On croirait voir ta mère ! Tu parles d’un cadeau ! La prochaine fois, s’il-te-plaît, pense un peu plus à ton père quand tu voudras m'en refaire un, hein, ça serait pas mal ! »

Si vous faites partie des amis


Vous en avez déjà vu, vous, des têtards aussi tartes ?(Entre vous) « Vous en avez déjà vu, vous, des têtards aussi tartes ? On peut lui décerner la palme à celui-là, et haut la main encore ! En même temps, quand on voit les parents, il fallait s’y attendre… Qu’espéraient-ils ? Dans certains cas, pour le bien-être de l'humanité, l'abstention est salutaire ! »
(Au père et à la mère) : « Qu’il est chou (fleur, mais ça, vous le gardez pour vous) ! Félicitations ! »
(Au père, si vous êtes son meilleur (ou son pire) ami) : « Dis, pour le prochain, change de pouliche... »
(À la mère, si vous êtes sa meilleure (ou sa pire) amie) : « Si tu n'as pas la fibre maternelle, ne t'inquiète pas, dans certains cas, c'est plutôt normal. »

Si vous faites partie de la famille


Si vous faites partie de la famillePrenez sur vous. La famille, c'est sacré, et c’est fait pour être là, tête haute, quoi qu’il arrive. Un coup dur, ça arrive ; faites face : « Non mais regardez-moi le mignonnet ! ». Quand on vous demandera de garder la chose, en revanche, soyez ferme : « Impossible, quel dommage ! Avec mon arthrite, je risquerais de le laisser tomber par terre. À cet âge-là, vous savez, c’est très fragile, ça se casse comme un rien. ». S'ils insistent (« Mais non, il ne tombera pas ! » en pensant « Si seulement ! »), refilez la patate chaude à la belle-famille. Faut bien qu’elle serve à quelque chose, non ? S’il est tout contrefait, le marmot, c’est quand même bien à cause de leur patrimoine génétique !

Auteur : Cécile Duclos

3 commentaires:

M.La a dit…

Personne n'a commenté cette merveille ? Ben moi je ne peux résister, bravo pour ce brillant article !
Combien de fois nous sentons-nous obligés de dire "rhôôôôôô qu'ilébôôôô !" alors qu'intérieurement nous ravalons une salve de vomi de dégoût face à la créature qu'on nous tend avec insistance...
Heureusement pour la plupart de ces pov' bébés ça s'arrange en grandissant, mais pour les autres...

Anonyme a dit…

Lol ça m'a beaucoup fait rire!
Un bébé c'est moche de toutes façons.

Anonyme a dit…

J'adore le commentaire de Anonyme:
"Un bébé c'est moche de toutes façons."

C'est vrai que c'est bien laid surtout les bébés d'homo sapiens, de plus ils pullulent...
Chaque jour il en nait plus de 750 000... C'est bien pire que ceux tant critiqués (Les Lapins) par le même Homo Sapiens.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...