Loading

25 mai 2011

Maman, ça va être ta fête !

[lettre à mes enfants chéris]

Fabien, Martine, Françoise,

Maman, ça va être ta fête !À quelques jours de la fête des mères, j'ai décidé de vous écrire avant qu'il ne soit trop tard (votre père n'est pas au courant, ce n'est donc pas la peine de lui en parler ; Françoise, je compte sur toi pour garder ta langue cette fois-ci). Rassurez-vous, ce n'est pas pour vous rappeler de ne pas m'oublier dimanche, non, je prends juste les devants. Vous trouverez donc, avec cette lettre, la liste des cadeaux à NE PAS ME FAIRE. Comprenez-moi bien : je préfère mille fois que vous me laissiez tranquille, dimanche, plutôt que de recevoir comme chaque année, de l'un ou de l'autre (je sais que tu te sens visé, Fabien, mais Martine et Françoise ne valent pas mieux que toi), un cadeau empoisonné. 

Je vous embrasse fort tous les trois,
Maman qui vous aime

Liste des cadeaux à NE PAS ME FAIRE


Les livres que vous avez lus (ou non, d'ailleurs) et où les crimes sont totalement abjects (je n'ai jamais pu oublier « Marie, cette grosse tâche », où une fille de bonne famille trucide sa mère à coups de tapette à mouches : y avait-il un message, Martine ?).

Les gâteries faites mainLes gâteries faites main : ça allait quand vous aviez 4 ans (à la maternelle), mais là, vraiment, faut arrêter. Les cendriers en terre cuite bombés argentés, les poèmes guimauve, les lustres en aluminium et en fil de fer, les moufles tricotés ou crochetés, par pitié, épargnez-moi ça.

Les gadgets aussi farfelus que superflus (mais pourquoi diable faire compliqué, alors qu'un simple carré Hermès ferait l'affaire?) : le bain de pied avec massage intégré, le kit bricolage pour les buses (qui ont un jojo la bricole à la maison, et qui donc, par nature, ne savent pas planter un clou sans se niquer un ongle ni réparer une chasse d'eau sans y laisser un bras); l'horloge de cuisine avec le coucou qui sort de sa boîte en piaffant « cocu cucu » toutes les heures, quand ce n'est pas toutes les demi-heures, et j'en passe !...

Les nains de jardinsLes nains de jardins : seuls ou en famille, usinés à la chaîne ou burinés à la main, trop, c'est trop.

Les tableaux, gravures, dessins et reproductions que vous êtes les seuls (ou presque, à chacun ses mauvais goûts) à apprécier à leur juste valeur (quasi-nulle).


Les ustensiles de cuisineLes ustensiles de cuisine : ça devient franchement vexant, à la longue. Maman n'a jamais été là UNIQUEMENT pour faire la cuisine. La vaisselle (heureusement, ça se casse), les robots ménagers tous plus intelligents les uns que les autres, les moules à tartes (qu'on a envie d'utiliser à bon escient, pour flanquer une bonne tarte à qui de droit), les friteuses et autres machines dangereuses, totalement inutiles et bien encombrantes (parmi lesquelles je range les machines à pain, quoi que tu en dises, Martine ; tout le monde n'a pas envie de faire son pain tous les jours et de se trimbaler des sacs et des sacs de farine en faisant les courses, surtout quand le résultat n'est pas à la hauteur de la première baguette venue !)

Les instruments de ménage : Maman ne s'appelle pas CONCHITA. Pas plus qu'elle ne fait la cuisine, le pain et la vaisselle, elle ne fait pas TOUTE SEULE le ménage. Pensez un peu à votre père.

Les cadeaux en double (souviens-toi, Françoise, de cette affreuse bague fraise que tu m'as offerte deux années consécutives) : en plus d'être vexant (on sait tous très bien qu'il arrive d'offrir deux fois le même cadeau à quelqu'un, mais à sa propre mère ?... C'est quand même elle qui vous a mis au monde, non ?), c'est embarrassant pour tout le monde.


NOTA (My Bloody Monday) : cette année, la fête des mères, c'est dimanche 29 mai ; alors n'oubliez pas votre maman ! Vous avez encore quelques jours pour trouver le carré Hermès de ses rêves.


Auteur : Cécile Duclos

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...