Loading

6 juillet 2011

La jacuzzi therapy

Venue tout droit des États-Unis, la jacuzzi therapy, une méthode révolutionnaire de thérapie familiale, fait beaucoup couler d’encre dans le monde entier. Un petit tour d’horizon ?

La jacuzzi therapy

Préparation


JacuzziFaites couler de l’eau bien chaude (brûlante, si les relations au sein du noyau familial sont vraiment très tendues) dans votre jacuzzi ; à défaut, une baignoire suffisamment grande, et si possible ronde, fera l’affaire. Ajoutez une bonne dose de bain moussant (si la pudeur n’est pas de mise chez vous, cette étape est facultative). Déshabillez-vous (complètement, comme n’importe quel nouveau né) à tour de rôle ; le reste de la famille n’ait pas obligé d’assister à ce strip-tease improvisé, mais enfin, là encore, rien n’est gravé dans le marbre, et cela peut être l’occasion de surveiller les varices de mémé et les bourrelets de tonton. Entrez dans l’eau, et prenez place où bon vous semble (sauf sur les genoux de mémé, ou de tonton, d’ailleurs) ; le choix de la place est très important, prenez donc votre temps même quelqu’un se pèle les miches derrière vous.
Le dernier ferme la porte.
Quand tout le monde est dans le jacuzzi, la séance peut commencer.

Remarques :
Aucune préparation psychologique n’est nécessaire, si ce n’est l’acceptation de partager un bain avec toute sa fratrie (bien entendu, plus la famille est grande, plus ce point peut se révéler problématique).
Si un membre de la famille refuse catégoriquement de participer, vous pouvez l’immerger de force après l’avoir ligoté comme un rôti de veau, ou le répudier (certains gabarits sont peu adaptés aux traitements radicaux).

Déroulement


Etape

Description

Quoi faire si…

Comprendre l’organisation de la cellule familiale
Pour commencer, chacun doit répondre à quelques questions qui, vous le noterez sans doute, sont d’une simplicité enfantine (ce qui fait aussi le succès de la jacuzzi therapy). Cela permettra à la famille de mieux comprendre son organisation interne :
Qui est placé à ma gauche ?
Est-ce de mon fait ?
Dans ce cas, pourquoi ?
(même chose à votre droite et en face de vous)
Si quelqu’un (de plus de 3 ans) refuse de répondre à l’une de ces questions (impossible, ici, qu’il s’agisse d’un problème de compréhension), mettez-lui la tête sous l’eau jusqu’à ce qu’il parle.
La méthode « muet coulé » ne date pas d’hier, elle a déjà fait ses preuves (en outre, à plusieurs, on peut venir à bout de n’importe quel gros tas) ; ne cherchez pas midi à quatorze heures, restez simple.
Préparer le terrain
Chacun doit alors faire un compliment à chaque élément de la famille qu’il ne peut pas encadrer, puis un reproche à tous ceux qu’il aime.
Si quelqu’un fait preuve de mauvaise volonté, passez au « muet coulé ».
Le « baptême »
À ce stade, la chaleur a engourdi tout le monde, il est temps de passer aux choses sérieuses : videz votre sac, devant tout le monde, et sans retenue.
Quand c’est fait, plongez la tête dans l’eau (c’est le « baptême de l’autruche » ou « baptême du crucifié »).
Si quelqu’un vous empêche de sortir la tête de l’eau, c’est qu’une séance de jacuzzi therapy supplémentaire sera sans doute nécessaire. Idem si vous en venez aux mains lors de cette phase qui peut s’avérer douloureuse pour certains.
Le « lavement des pieds »
Tous en même temps (une parfaite synchronisation est indispensable ici, d’une part pour ne pas déclencher de noyade collective, d’autre part pour oublier à quel point les pieds des autres, c’est pas le pied), tournez-vous vers votre voisin de gauche, saisissez-vous d’un pied (pas des deux, hein, surtout pour mémé Jacqueline) et nettoyez-le au savon de Marseille (et exclusivement avec un savon de Marseille, c’est une question de principe, c’est tout).
Si l’un de vous ne veut pas se laisser laver les pieds, projetez-lui un peu de mousse de savon dans les yeux et recommencez.
Si l’un de vous ne veut pas laver les pieds de son voisin, faites preuve d’indulgence, prêtez-lui des gants Mapa.
La « communion »
Arrive ensuite le moment crucial de la « communion » : chacun prend de l’eau dans ses deux mains disposées en coupe, et boit une gorgée de ce liquide pluri-générationnel, régénérateur et purifiant. Ce « mauvais moment » est nécessaire pour dépasser les derniers non-dits et entrer en harmonie totale les uns avec les autres.
Si quelqu’un ne boit pas ou fait semblant de boire, appliquez la méthode «mulet coulé», identique à la méthode «muet coulé» à ceci près qu’il vous faudra attendre un peu plus longtemps pour être sûr qu’il boive bien la tasse.
L’« after-communion »
L’ « after-communion » est facultative (pour les puristes, néanmoins, son utilité est indiscutable).
Prévoyez quelques space cake à portée de main, cela peut aider, puis lancez-vous à corps perdu dans une touze pluri-générationnelle.
Ceux qui ne souhaitent pas participer peuvent sortir du jacuzzi (de manière ordonnée, hein, de l’ancêtre au plus jeune, question de respect), ou pas, et regarder assis sur le tapis de bain, à côté de Socrate, le chat.

Conclusion

fuker-pokerAux États-Unis, de nombreuses vidéos circulent. La dernière tendance ? Poster les jacuzzi therapy sur le web. Rien de compliqué ici (encore une fois, la jacuzzi therapy est à la portée de tous) ; une caméra, même rudimentaire (Iphone, appareil photo-vidéo, etc.), un logiciel de traitement vidéo, un compte facebook ou youTube, et hop, le tour est joué. Vous verrez, c’est absolutely fabulous ! Vous pourrez par la suite, et sans complexe, fuker-poker toute votre famille avec la régularité d’un fougueux amant !


Auteur : Cécile Duclos


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...